Interview de Florian JAHIER
Directeur financier et RH chez ALSIM
Florian Jahier.jpg

Pouvez-vous vous présenter ?  

Bonjour, je suis Florian JAHIER, Directeur financier et en charge de la partie Ressources humaines de la société ALSIM depuis 2013. 

Pouvez-vous nous présenter ALSIM ?

ALSIM a été fondée en 1994 par Jean-Paul Monnin, ingénieur informaticien, et Jérôme Binachon, ancien pilote chez Air France. Société appartenant au secteur de l’aéronautique, son concept est de concevoir, développer et commercialiser des simulateurs de vol de haute technologie pour les futurs pilotes. ALSIM offre des solutions à destination des écoles, compagnies aériennes, universités et du secteur militaire. La société propose une offre étendue de simulateurs spécifiques et convertibles permettant de couvrir tous les besoins de formations.  Si le secteur est industriel, la composante IT (Information Technology) est très importante ; nous travaillons bien plus sur la partie logicielle, qui est notre valeur ajoutée, que sur la partie mécanique.  La partie Recherche et Développement s’axe principalement sur la conception et la correction des logiciels développés en interne, mais aussi sur la recherche de nouvelles fonctionnalités que nous pourrions apporter et implémenter dans nos machines.  

Comment vos projets ont-ils évolué ? 

ALSIM lance en 2005 l’AL42, réplique exacte du bi-moteur Diamond DA42. En 2007, l’équipe R&D réfléchit à un nouvel outil capable de reproduire 10 modèles d’avions différents : l’ALX est officiellement lancé en 2008. Le dernier-né de la société, dont le développement a démarré en 2018, est connu sous le nom d’« Airliner ». Il s’agit d’un simulateur hybride adapté aux besoins des grandes écoles et ATO, pour la formation avancée, tout comme la préparation aux programmes de sélection et aux tests de compétence des compagnies aériennes. Aujourd’hui, la société compte plus de 350 clients, avec plus de 400 simulateurs certifiés dans plus de 60 pays. Grâce à l’implantation en Europe, en Chine et aux États-Unis, ALSIM propose une gamme complète de services adaptés aux besoins. Avec la proposition de modèles spécifiques et le développement de nos machines génériques, nous avons intensifié notre R&D. Être accompagné par un cabinet de conseil en financement était devenu nécessaire. 

Avant que Dix Septembre vous accompagne, aviez-vous des problématiques par rapport au CIR/CII ? 

Nous avions essayé de nous rapprocher d’un organisme mais cela n’a pas été concluant. L’idée de le faire par nous-mêmes a été évoquée, mais ce travail était trop lourd et cela n’était pas dans les compétences des équipes. Nous manquions de ressources et de connaissances dans les CIR/CII.  

Selon vous, quels sont les bénéfices de se faire accompagner par un cabinet ?  

On sent une réelle compétence des intervenants. En quelques échanges nous avons pu rapidement définir les potentiels projets qui pouvaient être affectés par du CIR ou du CII. Il y a également, pour être honnête, un réel impact financier et un aspect sécurisant à travers un dossier important qui est monté. Pour exemple, une demande de renseignements nous a été faite et très rapidement Dix Septembre nous a apporté le dossier qu’il nous fallait. Un réel gain de temps est observé depuis que nous avons fait appel au cabinet. 

 

Pour vous, quel est le plus de Dix Septembre ?  

L’écoute, le côté rassurant et l’organisation. Le fait d’être en relation avec un Ingénieur et un Responsable de développement dès le début des échanges apporte un réel avantage de par leur technique et la solidité de leurs propositions. C’est ce qui nous a convaincus de tenter l’expérience avec Dix Septembre et cela a été concluant.